Histoires de libellules

Leucorrhinia Albifrons : presque perdue

La Leucorrhinia Albifrons est une libellules extrêmement rare considérée en voie d’extinction. Elle n’habite encore que sur six mares en Charente-Maritime. Des eaux bien spécifiques, très basiques avec un PH fort de 8,8. Ce type de mares est bien entendu rare, donc le potentiel de développement de cette espèce est extrêmement limité. Un rien, telle qu’un sécheresse vidant les mare, peut être fatale aux quelques localités ou vit encore la petite bête.

L’attachante « Libellula Decamaculata »

Voilà une libellules extravagante, mais attachante avec ces taches noirs et ambrées sur les ailes ! La Libellule à Quatres Taches dit Libellula Quadrimaculata… à ne rien y comprendre puisque nous dénombrons dix zones ombrées ou noir sur le s ailes. Les naturalistes ne considèrent en effet que es quartes tâches au nodus des ailes. Affectueusement, elle sera la Libellula Decamaculata. C’est une libellule chez laquelle il existe des variations de la coloration ds ailes. Certains individus ont des tâches plus importantes, notamment au niveau des pterostigma, et sont dit de forme Praenubila.

Lestes Dryas : suspendus…

Protégés dans certains pays, pas en France, le Leste des Bois, est une espèce rare dont les populations diminue avec la réduction de leurs aires de reproduction. Comme nombres de libellules, ces insectes ont besoin de milieux aquatiques spécifiques pour leur reproduction d’ou une tendance à la raréfaction lié au milieu et non à l’espèce elle-même.

Ceriagrion Tenellum : il n’est pas bleu

Atypique parmi les libellules dites « Agrions », le Ceriagrion Tenellum ou Agrion Délicat, est une demoiselle rouge. protégée en Suisse, pas en France, elle ne colonise que des plans d’eau calme, peu profonds, plutôt ensoleillé qui se réchauffent rapidement. Autant dire que l’aire de répartition de l’espèce est très limité. A cela il faut ajouter que les insectes adultes ne s’éloignent rarement plus loin qu’une centaine de mètres de leur mare d’origine… la prolifération n’arrivera pas.

Somatochlora Flavomaculata : la libellule aux yeux émeraude

La Somatochlora Flavomaculata compte parmi les libellules émeraudes en raison de ces yeux verts : des yeux paraissant fluo quand la lumière est directe. Voilà encore une capricieuse qui choisie bien ses plan d’eau. Paradoxalement elle ne vie que sur peut de spot, mais peut être abondante sur ses sites de reproduction. Elle n’est pas encore sous statut de protection, mais est déjà reconnue en danger de disparition pour le département de Charente-Maritime.

Cordulia Aenea : encore émeraude…

La petite Cordulie Bronzée, Cordulia Aenea, a un corps vert métallique au effets moirés, virant au bronze patiné sous certains angles de lumière. Les yeux verts sont aussi incroyables que ceux de dame Somatochlora Flavomaculata et pour cause, toute deux appartiennent à la famille des Cordulidae. Moins rare que sa sœur, la Cordulia Aenea est elle aussi un insecte peu courant choisissant ces plan d’eau et défendant sont territoire avec plus d’agressivité qu’un Anax Imperator.

Les Cordulie Bronzée & Somatochlora Flavomaculata ont été présentées en tête d’affiche au Serial Photographer Festival saison 2 en 2017. Cette présentation cherchait à dépassez la démarche artistique à ce faire embassadeur de la cause des sepèces vulnérables.

Depuis plusieurs années, je partage mes œuvres photographiques lors de festivals prestigieux ou d’actions et des expositions pédagogiques notamment sur la biodiversité ou la protection du patrimoine architectural. J’enrichie également cela en les accompagnant de conférences ou de worksop ce qui les rendent plus vivantes. J’aime particulièrement les opportunités d’allier art, éveille culturelle ou médiation scientifique.

Wolfgang Autexier présente cette année une époustouflante série sur les libellules émeraude. 

Ferid-François BANNOUR – Journal la Haute Saintonge

Photographe naturaliste : un témoin responsable & engagé

Es qualité de photographe naturaliste et de membre titulaire de la Société Française d’Odontologie, je participe au suivi de ces populations vulnérables. Le photographe naturaliste est un artiste, certes, mais il est aussi un témoin privilégié de cette vie sauvage fragile en voie d’extinction. Il voie et restitue nombre de problématiques et d’évolutions dont la compréhension est utiles à la mie en place de mesures conservatoires prises par des institutions telles que le Conservatoire des Espaces Naturels ou le Conservatoire du Littorale. Tel est le sens de mon activité sur le terrain.

bien à vous, Wolfgang Autexier

Publié par

Wolfgang Autexier

Wolfgang Autexier : photographe à Saintes en Charente-Maritime. Animateur de formations photo, workshop et conférencier. Photographe animalier, photographe de paysage, photographe d'architecture et photographe portraitiste.