Wolfgang Autexier : qui suis-je ?

Et si nous faisions connaissance ?

Je suis Wolfgang Autexier et vous partage ici mon univers photographique : et un peu plus encore…

Mon père était historien la musique, dix-huitiémiste, spécialiste de Mozart. C’est par passion que j’ai hérité du prénom Wolfgang ; mais également d’une très forte culture des arts et de la musique. J’ai d’abord tendu vers une sensibilité scientifique et technique avant de faire quelques années en école d’architecture : un parcours diversifié tel celui des artistes de la Renaissance tout à la fois maîtres d’œuvres et créatifs, multidisciplinaires et curieux de sciences. Mais c’est finalement la passion de la photographie qui l’a emporté : à un tel point que nombre de personnes me pensent exclusivement photographe.

Photographe animalier depuis 2006, je me suis fait connaitre au travers de mon travail sur la faune charentaise. J’ai néanmoins été bien plus curieux ces dernières années. Rattrapé par d’anciennes passions, je me diversifie. L’architecture revient au travers de la photographie et de mon regard porté sur le patrimoine, mais aussi le paysage, le portrait ou le nu : des sujets au centre de mon approche picturale, avant ma période photographique. Plus atypique, mes chasses aux orages sont probablement elles aussi les témoins de mon intérêt insatiable pour les forces de la nature.

La litanie des sujets abordés peut cacher le sens profond de mon approche. En effet, le photographe cache un poète. Nous ne sommes pas d’abord photographe ; nous sommes avant tout observateurs, interprètes, puis poètes de l’univers qui nous entoure. En cela, la photographie est seulement un média : j’aurais fort bien pu choisir un autre média, tel que la peinture. Cela souligne bien que la poésie et le regard personnel, subjectif, sont le fond de la démarche photographique.

De plus en plus fréquemment je partage cette inspiration poétique à travers des expositions et des festivals de prestige tels que : le beffroi de Bruges (Belgique Flamande) qui m’a accueilli trois fois lors de salons d’art, le musée de Condeixa (Portugal), le palais des congrès de Innsbrück (Autriche), ou encore Arles à l’occasion du festival de la photographie de nu. Au-delà de ce partage, je cherche à accompagner mon œuvre d’une démarche de médiation culturelle, de sensibilisation à la biodiversité ou à la protection du patrimoine : allier art, éveille culturel et médiation scientifique.

Des événements pour partager la photographie avec vous

Vous avez pu me rencontrer chez moi, à Saintes ; mais également à Bruges en Belgique, à Innsbruck en Autriche, à Condeixa au Portugal ou encore à Arles.

  • Hostellerie Saint-Julien, Saintes 2013 : ma première exposition photographique, avec 41 très grands formats autour de la faune sauvage, du patrimoine naturel et de sa préservation. Cet événement avait une volonté de médiation culturelle pour l’art photographique, mais également de sensibilisation écologique. C’est lors de cet événement que j’ai été repéré par les organisateurs du salon de Bruges : la référence qui m’a ouvert toutes les autres portes par la suite.
  • Salon international du Beffroi de Bruges, Belgique 2014 : ma première exposition internationale, que je dois directement à mon travail à Saintes en 2013. Cette première expérience positive m’a ouvert toutes les autres portes.
  • Salon international du Beffroi de Bruges, Belgique 2015 : pour cette seconde participation au prestigieux salon belge, j’étais invité d’honneur avec ma série « Clair-Obscur Sauvage ». C’est à cette occasion qu’il m’a été remis la Médaille d’honneur du Cercle des Artistes Peintres et Sculpteurs du Québec.
  • Salon Européen d’art du Palais des Congrès de Innsbruck, Autriche 2015 : la dernière sortie internationale pour les cygnes de « Clair-Obscur Sauvage ».
  • Serial Photographer Festival, Saintes 2016 : première exposition avec le collectif régional, mais également un retour vers mon public local.
  • Serial Photographer Festival, Saintes 2017 : quand on aime, on revient…
  • Exposition Internationale d’art du Musée Po.Ro.S de Condeixa, Portugal 2018 : pour cette première expatriation en Europe du Sud, j’ai mis l’accent sur mon œuvre en noir et blanc en présentant les séries « Panthera Leo Leo » et « Saintes Noir & Blanc ».
  • Salon international du Beffroi de Bruges, Belgique 2018 : épisode 3 ! J’ai poursuivi ma démarche avec la présentation de « Panthera Leo Leo » et « Saintes Noir & Blanc ».
  • Galerie d’art Instant Art, Saintes 2018 : un retour de « Saintes Noir & Blanc » pour mon public local.
  • La place des Photographes en off du FEPN, Arles 2019 : un changement de cap pour moi. En effet, toutes mes aventures internationales étaient des événements d’art partagés entre peinture, sculpture et photographie : Arles est ma première participation à un événement international spécifiquement dédié à la photographie.
  • Les Rencontres de l’Images, Saintes 2019 : pour le plaisir du public local, c’était le retour de « Saintes Noir & Blanc », leur ville. Cette nouvelle présentation de la série a créé une attente : celle d’un livre permettant de partager plus largement ce travail.
  • Galerie d’art Image In Art, Saintes 2019 : dans le cadre du off des Rencontres de l’Image, une nouvelle sortie pour « les leçons de Freyja ».
  • Galerie d’art Victor Hugo, Saintes 2019 : dans le cadre du off des Rencontres de l’Image, cette exposition était en partage avec Sébastien Roigant. Sa série Soledad faisait face à mes lions de « Panthera Leo Leo », l’ensemble rythmé par les voluptueuses Josépha (sculptures).

La joie des récompenses

  • Médaille d’honneur du Cercle des Artistes Peintres et Sculpteurs du Québec remise en 2015 lors d’une rencontre artistique internationale à Bruges en Belgique pour mon travail sur les cygnes « Clair-Obscur Sauvage ». Le comité québécois entendait récompenser l’originalité et la poésie de l’œuvre.
  • Médaille d’or en individuel du Prix de la Licorne 2018 pour mes séries « Panthera Leo Leo » et « Saintes Noir & Blanc » saluées concomitamment pour leur expressivité, leur poésie et leur parcours lors d’expositions internationales.
  • Médaille d’or en individuel du Prix de la Licorne 2019 pour ma série « Spiritualiter Nudus » saluée pour son expressivité et sa valeur spirituelle et symbolique.
  • Médaille d’or en collectif du Prix de la Licorne 2019 pour ma participation au projet partagé avec l’équipe « Urbex Légale Saint-Louis » ayant abouti au reportage collectif intitulé « le deuil de Siant-louis ».