La comète Neowise à Saintes

Depuis quelques nuits, la comète Neowise (identifiée c/2020-f3) est visible dans le ciel de Saintes. Cette comète surprise a en effet été découverte le 27 Mars dernier par le satellite Neowise dont la mission est le repérage des géocroiseurs. Il était alors impossible de prédire si cette comète pouvait donner un spectacle intéressant.

En effet, la chevelure de la comète se développe sous l’effet des radiations solaires. C’est donc à l’approche du Soleil que cette forme de mèche typique va s’amplifier. Au départ d’un magnitude inférieure à 7, rien ne permettait de supposer que Neowise atteindrait une magnitude inférieure à 1. Cette comète s’impose dans la famille dite des grandes comètes à l’instar des Lovejoy, McNaught, Hale-Bopp, Ikeya-Seki, Halley ou encore la spectaculaire West, pour n’évoquer que les plus récemment vues. Quelques spécialistes s’enthousiasment déjà en parlant de la comète du siècle : mais notre siècle durera encore 80 années et verra sûrement d’autres comètes d’envergure. Il est trop tôt pour s’enflammer ! Neowise offre elle aussi un spectacle exceptionnel pour tous les amateurs d’astronomie.

Mais précisément, qu’es qu’une comète ? Il s’agit d’un objet céleste de petite taille : en astronomie, un éléments de moins de 800 km de diamètre. Les comètes sont plus petites encore. La très fameuse comètes de Halley possède un noyau de 11 km de diamètre. Beaucoup ne font de quelques kilomètres de diamètre. Ce qui est en revanche phénoménal, c’est la coma et les traines, ou queues. En effet, le noyau comètaire est composé en majorité de glace associée à des gaz et poussières : le noyau serait donc comparable à une boule de neige salle. Ionisées par les rayonnement du Soleil, ces matières se subliment : elles deviennent subitement gazeuses et génèrent la coma qui enveloppe le noyau. Sous l’effet des vents solaires, des traines (queues) aux dimensions spectaculaires de plusieurs millions de kiolmètres dispersent gaz et poussière échappés de la coma.

Les comètes laissent ainsi derrière elles des essaims de débris qui deviendront pluie d’étoile filantes au prochain passage de la terre sur l’ancienne trajectoire de la comète. Ces débris se ionisent eux aussi à leur entrée dans l’atmosphère terrestre, générant des trainées lumineuses fugitives.

Aujourd’hui, la communauté scientifique s’interroge sur l’origine de l’eau sur terre. quelqu’uns supposent que les comètes pourraient en être les pourvoyeuses. Néanmoins la teneur en deutérium (isotope de l’hydrogène) des glaces cométaires est beaucoup plus élevée. Si l’eau de nos océans vient des comètes : elle a été tranformée.

2020 restera l’année des comètes, notamment avec une découverte du système SOHO le 25 Mars qui identifie la comète Swan c/2020-f8. On notera également les passages de Atlas c/2019-y1 en Mars, Panstarrs c/2017-t2 en Mai, Atlas c/2019-y4 en Mai-Juin, et Encke 2p/1786-b1 en Juin. La comète de Howell fera son retours et devrait passer à sa périhélie le 26 Septembre prochain. Les légendes anciennes veulent que les comètes soient annonciatrices de terribles malheurs : on oubliera pas 2020 en ce domaine !

En effet, une comète a fait son apparition dans le ciel de l’Amérique du Sud peu avant l’arrivée de conquistadors espagnols. Les religieux locaux avaient interprété cet événement comme présage de catastrophe : l’installation des espagnoles en Amérique latine fut émaillée de nombreux massacres est exactions sur les populations locales. Cette symbolique perdurent dans les esprits. Le passage de la comète de Hale-Bopp dans les années 90 avait déclenché une vague de frayeur : la rumeur a couru qu’un vaisseau extraterrestre se cachait dans la chevelure de la comète. Néanmoins la comète de Napoléon (c/1811-f1), aussi connue sous l’appellation grande comète de 1811, a laissé un souvenir bien plus positif. En effet, si l’arrivée de cet objet céleste à fait paniquer les populations, 1811 fut une année viticole exceptionnelle : certaines cuvée furent baptisées « vin de la comète ». Par ailleurs, 1811 et 1812 furent l’apogée de l’empire naopoléonien.

Que les superstitieux se rassurent : Neowise est une boule de neige salle !

Néowise sera encore visible durant plusieurs jours aux abords de la constellation de la Grande Ourse. Peu à peu elle devrait devenir observable en début de nuit : ce qui est toujours plus confortable que de sortir à 4 h du matin. Cependant, sa magnitude a déjà commencer à baisser. De 0,6 le 5 Mai, elle n’était déjà plus qu’à 1,6 le 12 Mai jour de mes premières prises de vue. Elle atteindra environ 3 dés ce weekend et deviendra de plus en plus difficilement observable en agglomération. Pour les photographes, un écart de magnitude 1 correspond à une perte de 1,25 IL : les contrastes déja très ténus deviendrons quasi inexploitables d’ici quelques jours, sauf mise en oeuvre de moyens considérables.


Rejoignez moi sur les réseaux sociaux et découvrez plus d’actualités !

Qu’es que le Prix de la Licorne ?

Le Prix de la Licorne est une récompence attribuée annuellement pour des oeuvres photographiques d’auteurs en séries. Le prix est attribué soit pour des oeuvres individuelles, soit pour des oeuvres collectives. L’attribution est faite collégialement par consensus des confrères photographes de la Photographic Academy of Atlantic et de l’académie Photographique de France. C’est une reconnaissance du travail par les paires. En ce sens ce prix est unique en son genre.



Depuis 2017, de nombreux photographes et collectifs de qualité ont été récompensés pour leurs oeuvres : les PyRAWnéens, les Serial Photographer, Eric Gendron, Liliane Gordien,…

J’ai moi-même été primé trois fois, dont une fois en collectif :

  • En 2018 : médailleur d’or individuelle pour l’ensemble « Panthera Leo Leo » et « Saintes inspiration noir & blanc« 
  • En 2019 : médailleur d’or en individuel pour « Spiritualiter nudus », oeuvre par ailleurs sélectionné au off du FEPS de Arles.
  • En 2019 encore : médaille d’or en collectif pour « le deuil de Saint-Louis ». La réussite en collectif est une vraie fierté !

Choisir ses filtres pour la pose longue

Choisir des filtres pour la photographie en pose longue implique de nombreuse questions : pour quelques-uns un verticale choix conélien. Alors comment prioriser ses choix ? Quelle marque choisir ? Quel système, vissant ou encastrable ? Quelles nuances… ? A travers cette nouvelle vidéo tutoriel, je vais tenter de vous aider à choisir, que vous soyez novice ou plus agguerri.

Des workshops pour aller plus loin

Je profite néanmoins de cet espace pour annoncer que la vidéo est désormais l’un de mes nouveaux outils d’expression. N’hésitez pas à découvrir mes autres productions telle que celle-ci qui montre ma pratique du wokshop à destination des passionnés de photographie. Bienvenue dans mon hobby !

Arc électrique à Saintes : chasse aux orages

Je vous propose désormais un nouveau format d’épisode sur ma chaine Youtube : c’est « une image, une histoire ». Le concept en est simple : à partir d’une image je vous raconte comment les choses se sont passée et surtout ce qui va autour de la réalisation de cette image. Habituellement on parles presque exclusivement de technique photgrphique. Or il ne s’agit la que de 5 ou 10 % de la genèse d’une photographie. Dans « une image, une histoire », parlons donc des 90 % qui font l’essentiel !

Des workshops pour aller plus loin

Je profite néanmoins de cet espace pour annoncer que la vidéo est désormais l’un de mes nouveaux outils d’expression. N’hésitez pas à découvrir mes autres productions telle que celle-ci qui montre ma pratique du wokshop à destination des passionnés de photographie. Bienvenue dans mon hobby !

Loto du patrimoine : les Arènes de Saintes élues

S-arenes-04
Saint Eutrope en Arène – par Wolfgang Autexier

Excellente nouvelle pour le patrimoine, l’un de mes sujets photographiques favoris va faire l’objet d’un financement via le loto du patrimoine : j’ai nommé les Arènes de Saintes, ancien amphithéâtre romain ayant presque 2000 ans d’âge. Ces vestiges avaient été restaurés à plusieurs reprises, mais restent fragiles. Il semblerait que cette fragilité ne leurs laisse plus qu’une quinzaine d’années. Leur survie ne tient finalement qu’à un file. Il était donc grand temps qu’un travail de préservation significatif soit entrepris pour que ce lieu. Il pourra de la sorte perdurer et conserver son attrait romantique de paysage de rocaille photogénique.

s-arc-35bSaintes Noir & Blanc – à découvrir

Témoignage unique en son genre sur Saintes exprimée en noir & blanc. C’est une série majeur sélectionnée sur plusieurs salons internationaux.

Salon International d’Art du Beffroi de Bruges 2018

A la suite ma participation au salon d’art de Condeixa au Portugal, en Juin 2018 es qualité d’invité d’honneur, j’ai une nouvelle fois participé au salon international d’art du Beffroi de Bruges en Belgique (du 19 au 22 Juillet 2018). C’est ma troisième invitation sur cet événement, et ma cinquième participation à un salon international. Absents des événements artistiques internationaux depuis ma participation à la biennal d’art du Palais de Congrès de Innsbruck en 2015, c’est donc mon retours cette année avec deux sorties extra-hexagonales.

En effet, en 2014 j’avais bénéficié d’une première invitation sur ce salon de prestige brugeois. Fort d’un excellent accueil par le public Belge, j’ai été de nouveau convié à exposer au Beffroi de Bruges en Juin 2015 [voir l’article] : cette fois es qualité d’invité d’honneur avec de tout nouveaux inédits de la collection « Clair-Obscur Sauvage ». J’ai ainsi succédé à la place d’honneur du salon à plusieurs peintres de renom ainsi qu’à un confrère illustre : Arturo Mari, photographe officiel des Papes et du Vatican jusqu’en 2008, lui même précédemment invité d’honneur de ce salon.

Pour cette cinquième participation à un événement international, j’ai proposé en sélection les même séries que celles présentées à Condeixa. Bruges m’a lancé à l’international par mes cygnes « Clair-Obscur Sauvage ». Cette fois-ci c’est « Saintes Noir & Blanc » valorisant le patrimoine de notre cité, ainsi que « Pnathera Leo Leo » valorisant en portrait serré l’expressivité du lion de la Palmyre, qui auront les honneur du Beffroi légendaire de Bruges. A travers mon œuvre, c’est en effet le patrimoine saintongeais qui est valorisé. Dans mon parcours artistique, je dois beaucoup aux richesses de notre province de Saintonge, c’est donc avec grand plaisir que je contribue à sa promotion au travers de mes images.

C’est ainsi avec un immense plaisir que cette sélection me permettra de représenter une nouvelle fois notre région ainsi que la photographie française. C’est également un immense honneur qui m’est fait de pouvoir représenter la région avec les photographies de notre patrimoine le plus iconique.

bien à vous, Wolfgang Autexier

remerciements à Martine et Jean-Pilippe Allart pour les images du vernissage

FAQ

*FAQ : la foire aux questions

Les images présentées sont elles libre de droit ?

Non, absolument pas. Qu’il s’agisse des mes œuvres, ou d’images mises à dispositions par d’autres, aucune de ces photographies n’est libre de droit. Je vous remercie par avance de respecter cela : il ne s’agit pas que d’une courtoise, mais des dispositions du code de la propriété intellectuelle. Le contenu écrit est également protégé par les mêmes dispositions légales. Toute copie, reproduction ou rediffusion des contenus photographiques, graphiques et écrits sans mon accord écrit est interdite.

Certaines de mes œuvres sont elles réservées à un public averti ?

Oui : elles sont toutes destinées à un public cultivé et sensible. Les œuvres présentées ici sont sélectionnées pour leur démarche sensible, poétique, créative et artistique. Néanmoins certaines œuvres reposent sur la nudité du corps et sont destinées à un public averti. Ce contenu est destiné à un public qui l’apprécie. Attention, forte dose d’art : sans culture, s’abstenir ! Je suis navré d’un tel ton et vous remercie de ne pas m’en tenir rigueur, néanmoins ce rappel est un incontournable. Un innocent averti en vaut deux. Néanmoins, si ce contenus vous offense ou que vous n’êtes pas majeur, je vous remercie de quitter ce site. Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une très agréable découverte.

Quel est mon statut d’exercice pour la photographie ?

Je photographie pour mon loisir. Si une commande devait m’être faite je n’envisage que le travail en portage salarial via des structures dédiée. Etant donné que la photographie n’est pas mon métier, que j’ai une autre activité, il n’est pas envisagé que je travail autrement à court termes. Faute de disponibilité, il ne me sera pas permis de donner suite à toutes les sollicitations. Les prestations que je pourrais accepter de réaliser seront celles dont l’objet représente pour moi un centre d’intérêt particulier.

Expos internationales

Très rapidement repéré lors de ma première exposition photographique en 2013 (Explorer le Patrimoine Vert par l’Image d’Art – voir), j’ai été lancé dans le grand bain international dés 2014 avec une première invitation au prestigieux Salon d’Art International du Beffroi de Bruges. A la suite de cet heureuse rencontre, les dominos du succès sont tombés en ma faveur, et les invitations prestigieuses se sont renouvelées.

Wolfgang Autexier, photographe d’art à Saintes en en Charente-Maritime, ce passionné fait partie de ces artistes qui ont un don indéniable ! […] Gardée en réserve pour une grande occasion sa série inédite « Spiritualiter Nudus », sera révélée en Mai, lors du Festival Européen de la Photographie de Nu, à la galerie La Place des Photographes à Arles.

Hélene Siméon – Ici Magazine

Beffroi de Bruges 2018 : saison 3

Le Salon International d’Art du Beffroi de Bruges m’avait accueilli une fois en 2014, une autre en 2015 : fort d’un bon feeling avec le public en 2018 c’est la saison 3 !

A l’honneur au Portugal : Musée de Condeixa 2018

Quatrième participation à un événement international d’art : invité d’honneur au premier Salon Européen d’Art du Musée POROS de Condeixa.

Wolfgang Autexier : le Mozart de la photo d’art. [… ] Consécration : les cygnes de Wolfgang, Clair-Obscur Sauvage, viennent de s’envoler pour Bruges.

Charles VINCENT – Rédacteur en chef de Charente-Maritime magazine

Wolfgang au payse de Mozart : Innsbrück 2015

L’exposition Biénnale Européenne D’art du Palais des Congrès de Innsbrück fut une expérience émouvante, non pas du fait du prestige de l’événement, mais par le symbole du payse de Mozart.

Invité d’honneur au Beffroi de Bruges : saison 2015

L’édition 2015 du Salon Européen & International d’art du Beffroi de Bruges aura été l’une de mes plus belles expérience d’exposition : j’ai succédé à la place d’honneur à mon confrère Arturo Mari ancien photographe officiel des Papes et du Vatican.

Beffroi de Bruges 2014 : premiers pas internationaux

Le Salon Européen & International d’art du Beffroi de Bruges, édition 2014, aura vu mes premiers pas à l’international. Le succès de « Clair-Obscur Sauvage » me permettra de revenir l’année suivant es qualité d’invité d’honneur.

Je souhaite […] vous adresser toutes mes félicitations puisque vous serez à l’honneur au salon Européen d’Art du Beffroi de Bruges. C’est une consécration pour une collection exceptionnelle. (Clair-Obscur Sauvage) Cet honneur vient récompenser votre travail de photographe animalier et assoit votre notoriété au delà de nos frontières. C’est une fierté pour la Charente-Maritime.

Daniel LAURENT – Sénateur de Charente-Maritime

Ce parcours international est du en grande partie à des confrères artistes et photographes qui m’ont encouragés et soutenus dés le départ de cette magnifique aventure. Egalement, le public a été très présent durant toutes ces années. Un grand merci à vous tous.

bien à vous, Wolfgang Autexier